Blog - Tous les articles

  • Le daguerréotypiste Marcus Aurelius Root donna le nom d’ambrotype à un procédé photographique inventé par James Ambrose Cutting. Ce procédé développé entre 1851 et 1854 par Frederick Scott Archer puis Adolphe Martin, est finalement breveté en 1854 par Cutting et son associé Isaac Rehn. Le daguerréotype e...
    Lire à suite

  • L'autochrome est un procédé de film photographique couleur breveté le 17 décembre 1903 par les frères Auguste et Louis Lumière. C'est la première technique industrielle de photographie couleurs, elle produit des images transparentes. Elle fut utilisée entre 1907 et 1932 environ. On lui doit en particulier de n...
    Lire à suite

  • Ce sont des techniques voisines qui mettent en jeu la répulsion de l'eau pour les corps gras, comme dans le procédé semi-industriel appelé phototypie, ou la lithographie. Là encore, nous retrouvons une méthode avec laquelle nous pouvons, soit recopier un négatif à l'identique, soit l'interpréter librement. Le ...
    Lire à suite

  • Le bromure d’argent (AgBr) est un sel insoluble de couleur jaune pâle, bien connu pour sa sensibilité inhabituelle à la lumière comme les autres halogénures d’argent. Cette propriété a permis aux halogénures d’argent de devenir le matériau de base de la photographie moderne. Le bromure d’argent est lar...
    Lire à suite

  • Le callitype ou kallitype est un procédé photographique ancien à base d'oxalate ferrique donnant des images aux tons sépia. Les images ont généralement une plus grande gamme de tons que les cyanotypes. Ces tirages étaient en vogue au XIXe siècle.
    Lire à suite

  • C'est l'image négative sur un papier préparé à la main, impressionné avec une chambre grand format. Son aspect est à la fois rude et pointilliste. Il permet de fabriquer, dès la prise de vue, une image spécifique dont l'aspect diffère profondément de la photographie courante. Procédé interdit à ceux qui pe...
    Lire à suite

  • L'Ilfochrome (connu aussi sous le nom de Cibachrome) est un procédé de tirage photographique couleur depuis un film inversible (ce dernier souvent sous la forme d'une diapositive couleur) produit par Ilford Photo. Les procédés de tirage couleur par destruction de pigments, également désignés comme « procédés...
    Lire à suite

  • Le collodion humide est un procédé photographique inventé par l'anglais Frederick Scott Archer en 1851. Le collodion est un nitrate de cellulose dissous dans un mélange d'alcool et d'éther que l'on étend sur une plaque de verre. Quand ce mélange sirupeux commence à se figer sur le verre, on plonge la plaque da...
    Lire à suite

  • Le contretype ou reproduction est obtenu à partir d’une épreuve photographique rephotographiée. Sa matrice n’est pas le négatif original de prise de vue qui a été perdu ou détérioré. Certaines réalisations des photographies passent obligatoirement par un contretype: le cliché original étant recomposé a...
    Lire à suite

  • Le cyanotype est un procédé photographique monochrome positif ancien, par le biais duquel on obtient un tirage photographique  bleu de Prusse, bleu cyan. Cette technique a été mise au point en 1842 par le scientifique et astronome anglais John Frederick William Herschel. Ce procédé utilise deux produits chimiq...
    Lire à suite

  • Le daguerréotype est un procédé photographique mis au point par Louis Daguerre. Il produit une image sans négatif sur une surface en argent, polie comme un miroir, exposée directement à la lumière. L'opération suivante consiste à fixer l'image, c'est-à-dire à la rendre permanente, en plongeant la plaque dan...
    Lire à suite

  • Tirage souvent sans finesse qui permet aux photographes de préciser le choix déjà fait sur les contacts, entre une image et une autre, d’étudier la mise en valeur des gris du tirage définitif.
    Lire à suite

  • Le ferrotype est une technique photographique mise au point en 1852 par Adolphe-Alexandre Martin qui supplanta peu à peu l'ambrotype à cause du faible coût des matériaux utilisés et de la rapidité du procédé. Une fine plaque de tôle recouverte d'un vernis noir et d'une émulsion au collodion produisait après...
    Lire à suite

  • La gomme bichromatée est un moyen qui tente souvent les novices, car il semble facile et économique. C'est “l'aquarelle photographique” qu'on fabrique soi-même, avec un mélange de pigments et de gomme arabique, rendu sensible par le bichromate de potassium. Cependant, après quelques essais, on s'aperçoit des...
    Lire à suite

  • La gomme bichromatée peut aussi être déclinée en couleurs, en faisant une sélection de l'original en trichromie, grâce aux filtres vert, bleu et rouge, ou par le biais de l'informatique; on obtiendra ainsi trois négatifs “noir et blanc”, correspondant aux trois couleurs fondamentales, sous lesquels on insole...
    Lire à suite

  • L'héliogravure, photogravure ou gravure héliographique est l'Art de reporter une image photographique sur une planche métallique. Après attaque à l'acide pour former des cavités capables de retenir de l'encre grasse, cette matrice est imprimée, manuellement et à l'unité, sur papier spécial-gravure. Ce procéd...
    Lire à suite

  • L'impression à l'albumine fut inventée en 1850 par Louis Désiré Blanquart-Evrard et fut le premier procédé commercialement exploitable pour réaliser des impressions de photographies à partir d'un négatif. Ce procédé utilise l'albumine que l'on trouve dans le blanc d’œuf afin de fixer les éléments chimi...
    Lire à suite

  • Un type d'impression en relief
    Lire à suite

  • Après la prise de vue, l’image latente devient “négatif” lors du développement. Le format du négatif est lié au format de l’appareil photographique : on parle, par exemple, de 24 x 36 mm (les américains disent 35mm), de 6x6 (cm), de 4 x 5 (inches, c’est à dire 10 x12,5 cm), de 13x18(cm), de 20x25(cm),...
    Lire à suite

  • Il permet de donner une présence indiscutable à l'image, grâce à ses accents puissants et à ses colorations variées. Ce papier sera fabriqué par l'utilisateur. Sa pratique peut sembler assez délicate mais elle s'acquiert rapidement. Les épreuves au charbon sont absolument inaltérables.
    Lire à suite

  • Il s'agit d'un procédé de tirage par contact dit “à noircissement direct”, c'est à dire que l'image se forme sur un papier sans l'intervention d'un révélateur. On obtient des colorations diverses grâce à des virages, et l'emploi des papiers d'art permet des effets très libres. Ce support sera fabriqué par...
    Lire à suite

  • Aujourd’hui, c’est généralement une image sur papier photographique industriel (au bromure ou au chlorobromure d’argent) ou artisanal (les firmes photographiques ayant abandonné la fabrication d’émulsions positives non argentiques comme le papier au charbon, au platine, au palladium, etc, des photographes r...
    Lire à suite

  • C’est un tirage original exécuté après la mort de l’auteur par le possesseur des négatifs. C’est toujours une interprétation, hors du contrôle du photographe, et leur qualité dépend du talent du tireur.
    Lire à suite

  • C'est un trou minuscule, percé dans du métal mince et fixé à la place de l'objectif de l'appareil. Il procure des images un peu floues et très spéciales, en bousculant les proportions et en créant des perspectives inattendues.
    Lire à suite

  • Le tirage, c’est l’opération qui va permettre d’obtenir, à partir du négatif, un ou plusieurs positifs en inversant la gamme des gris (du négatif) pour retrouver les valeurs du sujet ; Le mot tirage désigne à la fois le résultat et l’opération qui, de nos jours, se pratique généralement au laboratoir...
    Lire à suite

  • il n’a de destination que son existence de tirage. Il est contrôlé et reconnu par le photographe qui a décidé du format, du contraste, du cadrage de l’image, qu’il en ait ou non effectué le tirage.
    Lire à suite

  • Le tirage d’époque, dit aussi “vintage” est contemporain de la prise de vue. Il ne faudrait pas le confondre avec une épreuve de lecture, fut-elle d’époque, qui ne reste dans la plupart des cas, qu’un brouillon. Le tirage d’époque n’est pas toujours un tirage définitif d’époque.
    Lire à suite

  • C’est la technologie de tirage numérique de qualité (couleur ou noir et blanc) sur du véritable papier photo argentique.  Le papier photo sensible est exposé en haute résolution par balayage avec 3 faisceaux laser rouge, vert et bleu. Il est ensuite développé dans une chimie RA-4 traditionnelle puis lavé et...
    Lire à suite

  • Un tirage original doit toujours être signé lorsque son auteur est vivant. C’est dans la plupart des cas un tirage ultérieur effectué à partir du négatif original longtemps après la prise de vue, par le photographe lui-même ou sous son contrôle. Parfois il n’existe pas de tirage d’époque : quand le né...
    Lire à suite

  • Le tirage de presse, comme son nom l’indique, est destiné à la page imprimée. Il est bien souvent, à cause des modalités techniques de la photogravure, plus gris, c’est à dire moins contrasté qu’un tirage définitif d’exposition. Aujourd’hui les photographes fournissent délibérément pour se prémuni...
    Lire à suite

  • Le virage est un traitement chimique supplémentaire intervenant lors du développement d'un tirage photographique noir et blanc sur papier, dans le but de donner une couleur dominante à l'épreuve. Le procédé consiste à remplacer partiellement l'argent de l'image par un autre composé de préférence métallique ...
    Lire à suite

  • Stéphane AISENBERG (1968-) est un photographe français spécialisé dans la photographie animalière. Ses photographies en noir et blanc s’apparentent à de véritables portraits. C’est en se rendant au plus près de l’animal, que Stéphane AISENBERG parvient à traduire la dignité et la puissance qui émane...
    Lire à suite

  • Née en 1950, Alice ATTIE se passionne pour la littérature française au Barnard College de New York, puis, tout particulièrement la poésie, qu’elle étudie auprès de June JORDAN. Pour son doctorat, Alice ATTIE se concentre sur la rencontre entre le langage et l’indicible. Dès lors, son intérêt pour les arts...
    Lire à suite

  • Le photographe italien Stefano CERIO (1962-) vit et travaille entre Rome et Paris. À 18 ans il débute en photographiant pour le journal italien L’Espresso. Durant cette première partie de sa carrière Stefano CERIO réalise des portraits, aussi bien pour le monde de la mode que pour la presse. L’année 2001 mar...
    Lire à suite

  • Manolo CHRÉTIEN nait en 1966 sur la base aérienne d’Orange. De père pilote et spationaute, il passe sa jeunesse entre les hangars et les avions. Rapidement, Manolo CHRÉTIEN développe une passion pour cet univers métallique combinant puissance, vitesse et technologie. De là, son intérêt pour le mouvement et l...
    Lire à suite

  • Mitch DOBROWNER (1956-) a grandi du côté de Long Island, New York. Un peu perdu à la fin de l’adolescence, le jeune homme ne savait pas vraiment quoi faire de sa vie jusqu’au jour où son père lui mit entre les mains un vieil appareil photo de marque Argus. Et Mitch ne tarda pas à devenir accro à la photograp...
    Lire à suite

  • Ormond GIGLI nait en 1925 à New-York au sein d’une famille modeste. L’aventure photographique commence lorsque adolescent, son père lui offre son premier appareil photo. Ormond GIGLI est passionné. Après les cours il travaille comme assistant auprès de différents photographes. C’est ainsi qu’il rencontre ...
    Lire à suite

  • Frank HORVAT nait le 28 avril 1928 à Opatija, ville désormais croate mais qui dépendait à cette époque de l’Italie. Il vit en Suisse durant la seconde Guerre Mondiale avec ses parents médecins, c’est à cette époque qu’il échange sa collection de timbres contre un appareil photo 35mm Retinamat. Frank HORV...
    Lire à suite

  • Peter HUTCHINSON est un artiste et photographe anglo-saxon né à Londres en 1930. Il se rend aux États-Unis et étudie les Beaux-Arts à l’Université de l’Illinois de 1953 à 1960. Peter HUTCHINSON débute sa carrière artistique en tant que peintre minimaliste durant les années 1960. Il prend ensuite ses dist...
    Lire à suite

  • Kyriakos KAZIRAS nait à Athènes en 1966. Il rencontre la photographie dès l’âge de 7 ans, lorsqu’il reçoit son premier appareil photo. Son grand-père paternel était peintre et son grand-père maternel photographe, de fait, il a l’opportunité dès son plus jeune âge de développer une affinité avec l’a...
    Lire à suite

  • Rachel LEVY nait en 1955 à Casablanca. Elle se rend aux États-Unis et y étudie à l’Art Institute de San Francisco, dont elle est diplômée. Après une période américaine qui dura une dizaine d'années, Rachel LEVY retourne en France en 1984. Elle photographie alors en indépendante pour différents magazines ...
    Lire à suite

  • Matthias OLMETA nait à Marseille en 1968. À 16 ans, il se passionne pour la photographie, qu’il décide d’étudier l’année suivante. Matthias OLMETA se rend aux États-Unis et suit des cours sur les arts visuels à l’université de Santa Monica, ville côtière jouxtant Los Angeles. Il en sort diplômé en ...
    Lire à suite

  • David RUBINGER (1924-2017) nait à Vienne en 1924, David RUBINGER émigra en Israël alors la Palestine en 1939. Une rencontre fortuite à Paris lui laissa en cadeau un petit appareil photo de 35mm qui lui inspira la décision de vivre de la photographie. Après la fin de la Guerre d'Indépendance d'Israël en 1948, il...
    Lire à suite

  • Jerry UELSMANN est un photographe américain né à Détroit en 1934. Il étudie les Beaux-Arts au Rochester Institute of Technology dont il est diplômé en 1957, puis à l’Université de l’Indiana jusqu’en 1960. Il enseigne ensuite la photographie à l’Université de Floride, à Gainesville, où il vit toujou...
    Lire à suite

  • Stephen WILKES nait en 1957. Il commence à photographier dès ses 12 ans, une passion qui ne le quittera pas. Stephen WILKES poursuit ses études à l’université Newhouse de Syracuse (État de New-York), dont il obtient un bachelor en photographie. Spécialisée dans la communication, elle lui permet d’approfond...
    Lire à suite